Logo Agirr

OPÉRATION ESCARGOT CONTRE LE PROJET A31bis

LE 22 SEPTEMBRE 2018
 
Dans la suite des manifestations contre le réchauffement climatique, les associations PaiX à Florange, NAPA31 et AGIRR FNAUT Lorraine appellent les citoyens lorrains à se mobiliser sur un sujet très concret à l’occasion d’une opération escargot sur l’A31 contre le projet A31bis.

Les mots d’ordre seront le refus :
- du péage sur l’A31,
- de la coupure de Florange par l’A31bis,
- de la création d’une nouvelle coupure autoroutière au sein de l’agglomération thionvilloise.

Le cortège partira à 13h30 de la salle de la Passerelle à Florange, pour se diriger sur l’A31 vers Metz puis vers la frontière luxembourgeoise pour interpeller les décideurs et appeler les citoyens à se mobiliser lors de la concertation que l’État va organiser à partir d’octobre 2018 sur le projet A31bis.

Le projet A31bis en totale contradiction avec les engagements environnementaux français Pour les associations, l’A31bis constitue comme d’autres projets autoroutiers – A45 Lyon Saint-Étienne, le Grand Contournement Ouest de Strasbourg – un exemple type de projet à revisiter en profondeur en abandonnant les schémas du passé et en inventant des mobilités plus durables.

Après le Débat Public de 2015 et les études menées l’année dernière, l’État va organiser fin 2018 une concertation pour décider définitivement le tracé de l’A31bis et notamment la traversée de l’agglomération thionvilloise. Malgré les nombreuses critiques des habitants, des associations et de certains élus locaux le scénario initial de traversée au niveau de Florange sera l’un des scénarii soumis à la concertation. La nouvelle traversée autoroutière au sein d’une conurbation de 150 000 habitants s’ajouterait à l’autoroute A31 existante au plein cœur de Thionville. Elle entrainerait une nouvelle coupure physique et des nuisances insupportables.

Le renforcement des transports collectifs est incontournable.

Cette stratégie de renforcement des capacités autoroutières est contre-productive, elle ne fait qu’induire de nouveaux trafics : plus on en fait, plus il faut en faire.

Pourtant, il est urgent d’agir pour répondre aux besoins de mobilité des 84 000 travailleurs se rendant chaque jour de Lorraine au Luxembourg. L’effort en cours pour renforcer l’attractivité du train ne sera pas suffisant pour répondre à cet enjeu de mobilité, essentiellement concentré sur des déplacements domicile-travail : des investissements plus massifs sont indispensables sur des mobilités durables !

Publié le samedi 15 septembre 2018.
Signatures: 0
Répondre à cet article

Date Nom Message