Logo Agirr

Intermodalité

Dernier ajout : samedi 17 février 2007.
Si l’on souhaite réduire l’usage de l’automobile, il faut faciliter le passage d’un mode de déplacement à l’autre.
- Physiquement : abris et passages confortables et bien indiqués, stationnement auto et vélo sécurisés.
- Par les horaires : correspondances étudiées.
- Par le mode de paiement : billet unique.

Articles de cette rubrique

Etat des aires de stationnement des vélos dans les gares du sillon mosellan

Les gares visitées sont celles de Pagny sur Moselle, Novéant sur Moselle, Ars sur Moselle, Metz Nord, Maizières lès Metz et Hagondange.

Nous avons cherché à identifier les besoins en terme de stationnement des vélos.

Pour les besoins, nous avons cherché à distinguer ceux qui sont immédiats (vélos présents) et les besoins latents qui peuvent se concrétiser si une prestation appropriée est fournie. Si la gare est équipée d’un endroit de stationnement satisfaisant, certains voyageurs opteront pour se rendre à la gare à vélo. Ainsi, le fait de ne pas avoir vu de vélo le jour de notre visite ne signifie pas nécessaire l’absence de besoin de stationnement cycliste. Ainsi AGIRR souhaite que lors de chaque rénovation de gare le stationnement sécurisé des vélos soit aménagé. Il est également souhaitable q’une commune ou communauté de communes aménageant un réseau de piste cyclable intègre également l’accès et le stationnement cyclable sécurisé à la gare TER.

Sans attendre ces projets d’ensemble nécessaires, le tour de gare a été réalisé avec une vision pragmatique pour déjà chercher à améliorer les situations existantes.

Les solutions proposées sont basées sur des observations et recueils d’information faits précédemment par Éric Guihard à Lunéville et en Alsace

Remarques générales

Le besoin de sécurisation dépend du site. S’il s’effectue dans un endroit fréquenté, le fait d’attacher son vélo à un support adapté est suffisant. Par contre, dans des sites à l’écart, ou dans des environnements “sensibles”, un lieu clos et sécurisé est nécessaire.

La nature du support d’attache est déterminante. Les supports qui prévoient une pince pour attacher la roue avant sont inadaptés : il faut pouvoir attacher le cadre du vélo.

Les gares visitées peuvent être classées en :
- sites présumés “sûrs” : Pagny/Moselle, Maizières lès Metz, Hagondange.
- sites moins sûrs : Novéant/Moselle, Ars/Moselle, Metz Nord.

Concernant le coût des installations pour le stationnement des vélos dans les gares, celui-ci dépend largement des infrastructure déjà existantes

- Sol : faible. 2 000 Euros pour 18 vélos à Metzeral et il s’agit d’une dalle. D’autres formules sont moins chères.
- Toit : poste le plus coûteux, notamment en mobilier urbain : 15 000 Euros à Metzeral pour 18 vélos. Une construction en maçonnerie et charpente est moins coûteuse mais, non transparente, elle favorise la négligence, voire l’insécurité.
- Clôture : 3 000 Euros pour 12 m linéaires à Lunéville.
- Porte à badge : 2 000 - 3 000 Euros
- Arceau : 200 Euros par vélo.

Sur des exemples connus, la densité de stationnement, allées comprises, est de l’ordre de 0,6 vélos par m2 (Lunéville, Alsace).

Compte-tenu du coût élevé du toit, il est intéressant d’exploiter un espace déjà couvert. Un local inutilisé est évidemment le moins coûteux.

Pour le financement, il n’y a pas, en Lorraine, de règle établie, contrairement au "barème" alsacien (50% région, 25% commune, 25% SNCF).

Il faudra donc, à priori, d’abord solliciter le propriétaire de l’endroit où on envisage une implantation (SNCF, commune...).

Propositions concrètes

Pagny/Moselle

L’abri fonctionnel de 8 places suffit aux besoins. Il n’est pas clos mais cela suffit dans ce site présumé sûr.

JPG - 27.4 ko
Pagny-sur-Moselle

Novéant/Moselle

En l’absence de bâtiment (l’ancienne gare a été cédée), de lieu couvert et vu l’absence de besoin immédiat, une implantation n’est pas prioritaire.

Ars/Moselle

Nous ne relevons aucun stationnement sauvage de vélos. Deux sites d’implantation peuvent être envisagés :

JPG - 25.8 ko
Ars-sur-Moselle : sous un pont

S1 : Sous un pont routier, à une centaine de mètres, près d’un itinéraire piétons et parmi des espaces verts. Surface actuelle en sol naturel avec un "mur" préexistant. Il offre une très vaste surface, mais dépend de la commune, nécessite aménagement de sol, clôture et porte à badge.

JPG - 21.9 ko
Ars-sur Moselle : dans la gare

S2 : Dans la gare, en fermant un secteur en "auvent", juste au point d’entrée sur le quai. Ce lieu est mieux situé, nécessite une porte à badge, peu de clôture, mais il faudra, très probablement, maintenir l’accès à une porte du bâtiment. Par ailleurs, c’est un site SNCF, ce qui peut simplifier les choses si la SNCF est moteur. En outre, sa surface est restreinte mais a-t-on besoin d’une grande capacité ?

- Metz-Nord

JPG - 13.9 ko
Metz Nord

Un vélo stationné à proximité immédiate. Excellent site d’implantation sous un pont sur lequel passe la voie ferrée. Large espace pour peu de clôture, idéalement situé entre les 2 accès principaux aux quais et à côté d’une piste cyclable. Même si le besoin est potentiellement modéré, il serait dommage de ne pas profiter de cette possibilité au coût modéré. Il faut voir avec la commune.

- Maizières lès Metz

JPG - 20.9 ko
Maizières les Metz

Une habituée qui gare son vélo devant la gare. Devant la gare, le cadre est avenant, bien visible, le lieu présumé sûr. Quelques arceaux sous l’auvent seraient suffisants. Il faut voir avec la commune. Noter que le passage de la passerelle nécessite de porter son vélo dans les escaliers. Etudier une goulotte au milieu ?

- Hagondange

JPG - 25.6 ko
Hagondange

Délaissant un "râtelier" (système de blocage par la roue), 9 vélos sont stationnés spontanément le long d’une grille, sur le quai attenant au bâtiment. Le stationnement est couvert, sûr, sans gêne pour les autres usagers et besoins de service mais totalement saturé. Quelques arceaux ajoutés sur le quai couvert seraient nécessaires pour augmenter la capacité, si on trouve des endroits non gênants (au besoin en remplacement du "ratelier").

Le site, fréquenté, et où circule du personnel SNCF ne nécessite pas d’enclos sécurisé. On pourrait néanmoins étudier un accès qui éviterait de faire passer les vélos dans les locaux. Nous avons noté l’existence de "râteliers" non couverts, peu utilisés, sur la rue à l’Ouest des voies.

Publié le 17 février 2007
Répondre à cet article